Déterminer la bonne exposition et choisir son film

Sensibilité (ISO)
Diaphragme ou focale relative (F/D)
25
1.4
2
2.8
4
5.6
8
11
16
22
50
2
2.8
4
5.6
8
11
16
22
32
100
2.8
4
5.6
8
11
16
22
32
44
200
4
5.6
8
11
16
22
32
44
64
400
5.6
8
11
16
22
32
44
64
88
800
8
11
16
22
32
44
64
88
128
1600
11
16
22
32
44
64
88
128
176
Sujet
Q
Temps de pose (TP): secondes
Partiel - ND 4,0 
11
-
-
-
1/4000
1/2000
1/1000
1/500
1/250
1/125
Partiel - ND 5,0
8
1/4000
1/2000
1/1000
1/500
1/250
1/125
1/60
1/30
1/15
Partiel - ND 6,0
5
1/500
1/250
1/125
1/60
1/30
1/15
1/8
1/4
1/2
Anneau de diamant
12
-
-
-
-
1/4000
1/2000
1/1000
1/500
1/250
Grains de Baily 
10
-
-
1/4000
1/2000
1/1000
1/500
1/250
1/125
1/60
Chromosphère 
9
-
1/4000
1/2000
1/1000
1/500
1/250
1/125
1/60
1/30
Protubérances 
8
1/4000
1/2000
1/1000
1/500
1/250
1/125
1/60
1/30
1/15
Couronne - 1,1 Rs
7
1/2000
1/1000
1/500
1/250
1/125
1/60
1/30
1/15
1/8
Couronne - 1,2 Rs
5
1/500
1/250
1/125
1/60
1/30
1/15
1/8
1/4
1/2
Couronne - 1,5 Rs
3
1/125
1/60
1/30
1/15
1/8
1/4
1/2
1
2
Couronne - 2,0 Rs
2
1/60
1/30
1/15
1/8
1/4
1/2
1
2
4
Couronne - 2,5 Rs
1
1/30
1/15
1/8
1/4
1/2
1
2
4
8
Couronne - 3,0 Rs
0
1/15
1/8
1/4
1/2
1
2
4
8
15
Couronne - 5,0 Rs
-1
1/8
1/4
1/2
1
2
4
8
15
30
Couronne - 9,0 Rs
-3
1/2
1
2
4
8
15
30
60
120
Paysage
-2
1/4
1/2
1
2
4
8
15
30
60
Lumière cendrée
-6
4
8
15
30
60
120
240
-
-

Définition de l'indice de luminosité Q : TP (s) = (F/D)2 / (ISO x 2Q)

Tableau 2 : Table des paramètres d'exposition pour une série de sujets d'éclipse. Voici comment s'en servir :

  • Dans la moitié supérieure du tableau, partez de la sensibilité du film (en haut, à gauche). Horizontalement vers la droite, choisissez une valeur du diaphragme. De là, verticalement, trouvez dans la moitié inférieure du tableau l'exposition correspondant aux différents sujets indisués dans la colonne du bas à gauche (avec l'indice de luminosité Q correspondant).
  • Inversement, partant du sujet horizontalement, choisissez un temps de pose qui vous convient. Ensuite, remontez verticalement, pour choisir la valeur du diaphragme. Sur la mÍme ligne, à gauche, figure la sensibilité du film nécessaire.

Les posemètres des appareils de prise de vue n'étant d'aucun secours, l'exposition correcte doit être réglée naturellement d'après les valeurs tabulées dans le tableau à double entrée ci-dessus (Tableau 2). Une gamme d'exposition est donnée pour la couronne, chaque réglage donnant une image correcte d'une région circulaire de la couronne selon le schéma de la figure 6. Pour les phases partielles, la transmission réelle des filtres solaires étant souvent imprécise (facteur 2 à 4), le mieux est d'effectuer une séquence de poses d'essais bien avant l'éclipse et de déterminer le réglage donnant l'image optimale pour le filtre utilisé.

Couleur ou noir & blanc ?

La première question est résolue assez simplement en notant que pour celui ou celle qui maîtrise les techniques photographiques, il lui sera possible avec les noir et blanc de contrôler toute la chaîne de manipulation jusqu'à l'étape finale. Cet aspect devient indispensable pour les applications scientifiques (photométrie), où le noir et blanc s'impose. Remarquons aussi qu'en dehors de la chromosphère, des protubérances rouges et du ciel bleu profond, la couronne elle-même est dépourvue de coloration. La plupart choisiront cependant un film couleur en laissant le soin du traitement à un (bon !) laboratoire.

Négatif ou diapositive ?

Là où le débat s'anime, c'est lorsque s'affrontent les tenants des tirages négatifs et les inconditionnels de la diapositive. J'en retiendrais que la diapositive est incontournable si vous commptez présenter les clichés à des groupes. D'autre part, elle fournit l'image positive directe du film, avec cet aspect lumineux reflétant bien les draperies diaphanes de la couronne. En revanche, un film négatif offre une latitude de pose nettement plus large que les diapositives, plus contrastées. Un tel film présente souvent un grain plus fin à sensibilité égale, mais hélas, seul un agrandissement soigné exploitera bien l'image négative. En pratique, il faut souvent faire face à des dominantes colorées et autres défauts inesthétiques.

Contrairement à ce que beaucoup imaginent, il n'est pas nécessaire d'utiliser les émulsions les plus sensibles, car dans l'éventail des sujets astronomiques, la couronne est un des objets les plus lumineux. Un film de 50 à 100 ISO, avec un grain fin, sera idéal pour l'ambiance des phases partielles et pour les sujets célestes (couronne, ciel) avec une ouverture relative de l'optique inférieure à f/8. Pour les longues focales avec ouvertures relatives supérieures à f/11, une sensibilité de 200 ISO (si nécessaire 400 ISO) sera nécessaire pour limiter la durée du plus long temps de pose aux environs d'une seconde (ou moins encore, si la monture est fixe).

Figure 6

Quelques bonnes émulsions actuelles :
  • en N&B : les KODAK Tmax 100 et 400
  • en diapo couleur : FUJI Velvia 50 (très bon remplaçant du regretté Kodachrome 64), FUJI Sensia 200, KODAK Elite 100 et 200
  • en négatif couleur : Kodak Royal Gold 100 et Gold 200 et 400

La plupart des caméscopes récents sont équipés de détecteurs CCD sensibles (seuil de 3 lux au moins) qui donnent accès à la plupart des luminosités rencontrées. Pour la détermination de la bonne exposition (ouvrir d'abord le diaphragme et quand il est à fond, monter le gain autant que nécessaire), la caméra offre un avantage incontestable : l'image dans le viseur permet de juger sur le vif.

Suite



Eclipse
Homepage

KSB-ORB
Homepage
Last updated on 15/02/2000 by CM