Contribution du Département Aérologie de l'Institut Royal Météorologique à l'observation de l'éclipse de Soleil du 11 août 1999.

Alexandre Joukoff
Institut Royal Météorologique
avenue Circulaire, 3
B-1180 Bruxelles

Le rayonnement solaire atteignant la surface terrestre est le premier paramètre affecté lors d'une éclipse de Soleil. Le rayonnement solaire a une influence directe sur la température, et les gradients de température qui se présentent lors d'une éclipse peuvent provoquer des variations dans le champ du vent en surface. C'est pourquoi il est intéressant d'observer les variations des diverses composantes du rayonnement solaire ainsi que du rayonnement terrestre pour pouvoir en déduire le bilan radiatif de la surface et établir des corrélations avec les autres paramètres météorologiques.

Le département Aérologie de l'IRM ne prévoit aucune mission spéciale pour effectuer des observations radiométriques dans la zone de totalité, un pyranomètre sera toutefois emporté par Marc Vandiepenbeeck pour effectuer des mesures du rayonnement solaire global (rayonnement solaire direct + rayonnement solaire diffusé) en un site situé dans la zone de totalité. Cependant, le programme de mesure de routine sera renforcé pour établir les courbes de variation des différentes composantes des rayonnements solaire, atmosphérique et terrestre durant l'éclipse avec une grande résolution temporelle. Ainsi, nous mesurerons à Uccle les composantes directe, diffuse et globale du rayonnement solaire, les composantes du bilan radiatif (courtes et grandes longueurs d'onde), la distribution spectrale du rayonnement solaire entre 300 et 1000 nanomètres, le rayonnement UV entre 295 et 385 nanomètres (UVA + UVB) et l'intensité lumineuse (partie visible du spectre) du rayonnement solaire. Dans les stations équipées d'un système d'acquisition et d'enregistrement automatiques (Raversijde, Melle, Saint-Hubert et Dourbes), nous mesurerons le rayonnement solaire global, le rayonnement solaire direct et les termes du bilan radiatif. Des mesures d'autres paramètres météorologiques seront disponibles à Uccle, Melle et Dourbes, pour établir des corrélations, notamment avec la température.

D'autre part, les observations effectuées depuis l'espace peuvent aussi apporter des renseignements précieux. Ainsi, nous pourrons calculer les termes du bilan radiatif le long de la trajectoire de l'ombre et dans la zone de pénombre à partir des images de METEOSAT. La méthode de calcul a été developpée à l'IRM et est actuellement appliquée aux images METEOSAT, en préparation de l'exploitation des mesures des termes du bilan radiatif avec l'instrument GERB (Geostationary Earth Radiation Budget) qui sera embarqué à bord des satellites METEOSAT Second Generation (MSG), le premier devant être lancé fin 2000.



Eclipse
Homepage

KSB-ORB
Homepage
Last updated on 15/02/2000 by CM